EPITRE : A M. le prince Eugène

Publié le par loveVoltaire

3103967737_1faf623be1_o.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A M. LE PRINCE EUGÈNE

 

 

  1716 

 

 

 

 

 

Grand prince, qui, dans cette cour

Où la justice était éteinte,

Sûtes inspirer de l’amour,

Même en nous donnant de la crainte ;

Vous que Rousseau si dignement

A, dit-on, chanté sur sa lyre (1),

Eugène, je ne sais comment

Je m’y prendrai pour vous écrire.

Oh ! que nos Français sont contents

De votre dernière victoire (2) !

Et qu’ils chérissent votre gloire,

Quand ce n’est pas à leurs dépens !

Poursuivez, des musulmans

Rompez bientôt la barrière ;

Faites mordre la poussière

Aux circoncis insolents ;

Et, plein d’une ardeur guerrière,

Foulant aux pieds les turbans,

Achevez cette carrière

Au sérail des Ottomans :

Des chrétiens et des amants

Arborez-y la bannière.

Vénus et le dieu des combats

Vont vous en ouvrir la porte ;

Les Grâces vous servent d’escorte,

Et l’Amour vous tend les bras.

Voyez-vous déjà paraître

Tout ce peuple de beautés

Esclaves des voluptés

D’un amant qui parle en maître ?

Faites vite du mouchoir

La faveur impérieuse

A la beauté la plus heureuse,

Qui saura délasser le soir

Votre altesse victorieuse.

Du séminaire des Amours,

A la France votre patrie,

Daignez envoyer pour secours

Quelques belles de Circassie.

Le saint-père, de son côté,

Attend beaucoup de votre zèle,

Et prétend qu’avec charité

Sous le joug de la vérité

Vous rangiez ce peuple infidèle.

Par vous mis dans le bon chemin,

On verra bientôt ces infâmes,

Ainsi que vous, boire du vin,

Et ne plus renfermer leurs femmes.

Adieu, grand prince, heureux guerrier !

Paré de myrte et de laurier,

Allez asservir le Bosphore :

Déjà le grand-turc est vaincu ;

Mais vous n’avez rien fait encore,

Si vous ne le faites cocu.

 

 

 

3103967737 1faf623be1 o 

 

 

 

1 – Voyez les odes de Jean-Baptiste Rousseau. (G.A.)

 

2 – La bataille de Petervaradin, gagnée contre les Turcs en 1716. (G.A.)

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Epîtres

Commenter cet article

James 06/04/2011 07:33



 


N'étant pas ministre, je lis plutôt Carrefour, Netto et Intermarché dans le texte ; je n'en retire pas de grandes émotions intellectuelles égales à celles de ce grand lecteur de Zadig et
Voltaire , mais les nourritures terrestres ont leur bon côté !


Je ne vous ai pas parlé de l'escapade de Volti de crainte que connaissant mon affection pour lui, je sois soupçonné d'être son complice . Euh ! Presque ...Non ... En fait, j'ai pensé que
cela avait été dit sur les ondes et publié jusqu'à la capitale des Gaules .


 


Quand vous viendrez, je ne sais s'il aura retrouvé sa place au dessus de sa fontaine . D'un naturel frileux, il attend sans doute l'été !


 


Bonne journée Love


 


Au fait ! Mes dernières lectures : celles de vos articles du jour, bien sûr !



loveVoltaire 06/04/2011 21:09



Dans un premier temps, à la lecture de l'article, j'ai espéré que c'était la statue de Rousseau qui avait disparu...


 


Vous imaginez bien ma joie !  


 


Hélas, elle est retombée bien vite ! Dommage !


 


Bonne soirée, Mister James et merci d'être mon plus fervent fan !


 


Attendez-vous à ma visite, dès la fin de ce mois. Commandez le soleil !


 






James 05/04/2011 19:54



Diable !


Volti serait mis en quarantaine, pour le moins, et se retrouverai avec une flopée d'excités intégristes sur le dos pour quelques vers tels que:


... des musulmans


Rompez bientôt la barrière ;


Faites mordre la poussière


Aux circoncis insolents ;


....


On verra bientôt ces infâmes,


Ainsi que vous, boire du vin,


Et ne plus renfermer leurs femmes.


Ô crime contre une religion, qui comme toutes les autres  ou plus que les autres , se dit la meilleure . Que Dieu
les garde ! 


Que Dieu m'en garde ! Je vous invite à relire l'article Dogmes du Dictionnaire philosophique
..


Et moi, je m'éclate en lisant les vers qui précèdent , et je ris sans retenue à ces derniers  :


Déjà le grand-turc est vaincu ;


Mais vous n’avez rien fait encore,


Si vous ne le faites cocu.


Tout à fait dans la ligne du Cocuage . Notre jeune insolent mérite d'être connu et reconnu .


 


LoveV, merci pour ce rire du matin qui est toujours de bon augure pour la journée .






loveVoltaire 05/04/2011 21:02



J'ai hésité à mettre en ligne cette épître mais j'ai pensé que cela serait remis dans le contexte de l'époque ; donc...


 


Dites-moi, Mister James, vous ne m'aviez pas dit que l'on avait volé et rendu la statue de Voltaire ! Comment cela se fait-il-donc ?


Et...


Dites-moi, Mister James, qu'elle est votre dernière lecture ?


Ah !


 


Voltaire ET Zadig ?


 


Houuuuuu !! vous avez les mêmes lectures que notre ministre ????