POESIE : Inscriptions

Publié le par loveVoltaire

2986347740_3845febb5e.jpg

 

Photo de Khalah

 

 

 

 

INSCRIPTIONS

 

Mises sur la nouvelle porte de Nevers, élevée en l’honneur de

Louis XV

 

 

 

  1746 

 

 

 

(Du côté de Paris.)

 

 

 

Au grand homme modeste, au plus doux des vainqueurs,

Au père de l’Etat, au maître de nos cœurs.

 

 

(En dedans de la ville.)

 

A ce grand monument, qu’éleva l’abondance,

Reconnaissez Nevers, et jugez de la France.

 

 

(En dedans de la porte.)

 

Dans ces temps fortunés de gloire et de puissance,

Où Louis, répandant les bienfaits et l’effroi,

Triomphait des Anglais aux champs de Fontenoy

Et faisait avec lui triompher sa clémence ;

Tandis que tous les arts, armés et soutenus,

Embellissaient l’Etat que sa main sut défendre ;

Tandis qu’il renversait les portes de la Flandre

Pour fermer à jamais les portes de Janus,

Les peuples de Nevers, dans ces jours de victoire,

Ont voulu signaler leur bonheur et sa gloire.

Etalez à jamais, augustes monuments,

Le zèle et la vertu de ceux qui vous fondèrent ;

Instruisez l’avenir : soyez vainqueurs du temps,

Ainsi que le grand nom dont leurs mains vous ornèrent. (1)

 

 

 

 2986347740 3845febb5e

 

 

 

 

1 – Ces vers, dit-on, furent payés cent louis. (G.A.)

 

Publié dans Poésies

Commenter cet article

james 27/01/2011 00:29



Cent louis pour un Louis, rapport intéressant , non ?



loveVoltaire 27/01/2011 22:13



 





Sinon, je ne connais absolument pas la valeur de l'argent de cette époque. Auriez-vous un lien qui remédierait à mon ignorance ?