POESIE : A Madame la Marquise du CHATELET

Publié le par loveVoltaire

POESIE : A Madame la Marquise du CHATELET

- Main de Voltaire - A MADAME LA MARQUISE DU CHATELET. Vous m’ordonnez de vous écrire, Et l’Amour, qui conduit ma main, A mis tous ses feux dans mon sein, Et m’ordonne de vous le dire.

Lire la suite

POESIE : Chanson pour Mademoiselle GAUSSIN

Publié le par loveVoltaire

POESIE : Chanson pour Mademoiselle GAUSSIN

CHANSON POUR MADEMOISELLE GAUSSIN. LE JOUR DE SA FETE – 25 Août 1731. Le plus puissant de tous les dieux, Le plus aimable, le plus sage, Louison, c’est l’Amour dans vos yeux. De tous les dieux le moins volage, Le plus tendre et le moins trompeur, Louison,...

Lire la suite

POESIE : A Mademoiselle AISSE

Publié le par loveVoltaire

POESIE : A Mademoiselle AISSE

A MADEMOISELLE AISSÉ. (1) EN LUI ENVOYANT DU RATAFIA POUR L’ESTOMAC. − 1732 − Va, porte dans son sang la plus subtile flamme ; Change en désirs ardents la glace de son cœur ; Et qu’elle sente la chaleur Du feu qui brûle mon âme. 1 – On connaît assez cette...

Lire la suite

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : F comme FORCE

Publié le par loveVoltaire

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : F comme FORCE

F comme FORCE. (1) Ce mot a été transporté du simple au figuré. Force se dit de toutes les parties du corps qui sont en mouvement, en action ; la force du cœur, que quelques-uns ont faite de quatre cents livres, et d’autres de trois onces ; la force des...

Lire la suite

CORRESPONDANCE : Catherine II et Voltaire - Partie 15

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE : Catherine II et Voltaire - Partie 15

Château de Voltaire 108 – DE VOLTAIRE. A Ferney, 6 Mars. Madame, j’ai été sur le point de délivrer pour jamais votre majesté impériale de l’ennui de mes inutiles lettres : et tandis que le roi de Prusse achevait son poème contre les confédérés, tandis...

Lire la suite

CORRESPONDANCE : Catherine II et Voltaire - Partie 14

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE : Catherine II et Voltaire - Partie 14

Photo de KHALAH 98 – DE VOLTAIRE. A Ferney, 12 Novembre Madame, les malheurs ne pouvaient arriver à votre majesté impériale ni par vos braves troupes, ni par votre sublime et sage administration ; vous ne pouviez souffrir que par les fléaux qui ont de...

Lire la suite