POÈME SUR LA LOI NATURELLE - Partie 1

Publié le par loveVoltaire

POÈME SUR LA LOI NATURELLE - Partie 1

Photo de PAPAPOUSS (ISLANDE) LA LOI NATURELLE. EXORDE. O vous dont les exploits, le règne et les ouvrages (1), Deviendront la leçon des héros et des sages, Qui voyez d’un même œil les caprices du sort, Le trône et la cabane, et la vie et la mort ; Philosophe...

Lire la suite

POÈME SUR LA LOI NATURELLE - Partie 2

Publié le par loveVoltaire

POÈME SUR LA LOI NATURELLE - Partie 2

Photo de PAPAPOUSS (ISLANDE) LA LOI NATURELLE. TROISIÈME PARTIE. Que les hommes, ayant pour la plupart défiguré, par les opinions qui les divisent, le principe de la religion naturelle qui les unit, doivent se supporter les uns les autres. L’univers est...

Lire la suite

CITATION DU JOUR

Publié le par loveVoltaire

CITATION DU JOUR

Photo de PAPAPOUSS « Gaieté vaut mieux que médecine. » - CORRESPONDANCE - à M. l’abbé de Voisenon – 24 juillet 1756. - VOLTAIRE.

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1754 - Partie 17

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1754 - Partie 17

Photo de PAPAPOUSS à M. le comte d’Argental. Colmar, le 6 Octobre 1754. Mon cher ange, j’ai assez de justice, et, dans cette occasion-ci, assez d’amour-propre pour croire que vous jugez bien mieux que moi. C’est déjà beaucoup, c’est tout pour moi, que...

Lire la suite

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : A comme ANTI-TRINITAIRES

Publié le par loveVoltaire

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : A comme ANTI-TRINITAIRES

Photo de PAPAPOUSS A comme ANTI-TRINITAIRES. Ce sont des hérétiques qui pourraient ne pas passer pour chrétiens. Cependant ils reconnaissent Jésus comme sauveur et médiateur ; mais ils osent soutenir que rien n’est plus contraire à la droite raison que...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1754 - Partie 16

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1754 - Partie 16

Photo de JAMES (chez moi) à Madame de Fontaine. A Colmar, le 12 Septembre 1754. Je fais les plus tendres compliments au frère et à la sœur. Je sens qu’il est très triste d’avoir une si aimable famille, et d’en être séparé. Madame Denis fait ma consolation...

Lire la suite