CORRESPONDANCE - Année 1777 - Partie 1

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1777 - Partie 1

Photo de PAPAPOUSS à M. de Bacquencourt. 1er Janvier 1777. Monsieur, depuis la journée des Calas, je vous ai bien des obligations. La plus grande est celle d’être notre intendant. Je vous remercie surtout de m’avoir instruit sur la petite patrie que je...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 32

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 32

Photo de PAPAPOUSS à M. le marquis de Thibouville. 18 Décembre 1776. Mon cher marquis, tout ce que vous m’avez écrit de mademoiselle Sainval m’a tourné la tête, et a échauffé mon cœur ; mais c’est montrer Vénus toute nue à un castrat. Ce que j’ai commencé...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 31

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 31

Photo de PAPAPOUSS à M. Diderot. 8 Décembre 1776 (1). Le dragon peintre (2), si joufflu, si gai, monsieur, m’a trouvé dans mon lit, n’ayant ni joue ni gaieté, parce que la santé, qui est la base de tout, m’a abandonné absolument. J’ai quatre-vingt-trois...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 30

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 30

Photo de PAPAPOUSS à M. Vasselier. A Ferney, 2 Décembre 1776. Le vieux malade soupçonne l’Italien dont M. Vasselier lui a parlé d’être un méchant cocu. Il est bon d’apprendre à vivre à ces gens-là. Nous espérons que ce cocu sera roué avant qu’il soit...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 29

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 29

Photo de PAPAPOUSS à M. le comte de Tressan. 11 Novembre 1776. Je n’ai fait qu’entrevoir M. de Toulongeon (1). Il m’a donné, monsieur, la plus grande envie de sa charmante société ; mais mon âge et mes maux ne me l’ont pas permis. Je ne suis plus de ce...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 28

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1776 - Partie 28

Photo de PAPAPOUSS à M. l’abbé Pezzana. (1) J’ai reçu, monsieur, par Genève, votre belle édition de l’Arioste (2), dont je vous fais les plus sincères remerciements. Je vous aurai l’obligation de le relire tout entier, avant que je fasse mon éternel voyage...

Lire la suite