STANCE : A Madame du CHATELET

Publié le par loveVoltaire





 

 

A Madame la Marquise du Châtelet

 

 

Plein de beautés et de défauts,

Le vieil Homère a mon estime ;

Il est comme tous ses héros,

Babillard, outré, mais sublime.

 

Virgile orne mieux la raison,

A plus d’art, autant d’harmonie ;

Mais il s’épuise avec Didon,

Et rate à la fin Lavinie.

 

De faux brillants, trop de magie,

Met le Tasse un cran plus bas ;

Mais que ne tolère-t-on pas

Pour Armide et pour Herminie ?

 

Milton, plus sublime qu’eux tous,

A des beautés moins agréables :

Il semble chanter pour les fous,

Pour les anges, et pour les diables.

 

Après Milton, après le Tasse,

Parler de moi serait trop fort ;

Et j’attendrai que je sois mort,

Pour apprendre quelle est ma place.

 

Vous en qui tant d’esprit abonde,

Tant de grâce et tant de douceur,

Si ma place est dans votre cœur,

Elle est la première du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Stances

Commenter cet article

james 13/10/2009 14:04


LoveV, point de modestie déplacée  !

Les deux vers vous sont dédiés  par Volti dont je ne suis que le modeste secrétaire  .

Et puis emporté par mon élan, de mon propre chef, j'ai voulu rebondir sur les propos de mon maître , sans réfléchir, juste pour ...
Point de trouble pour vous LoveV amie, sinon eng... -moi !


loveVoltaire 13/10/2009 19:51



Pour ???


Je vous imagine bien, emporté par votre élan et rebondir... excusez-moi, cela me fait rire et l'image est très voltairienne ! (mais ne vous faites pas trop mal, non plus).



james 12/10/2009 21:03


Vous en qui tant d'esprit abonde,
Tant de grâce et tant de douceur ,

.... je n'attendrai pas que je sois mort pour apprendre qu'elle est ma place, ou alors Volti doit me donner encore des cours de patience ( il a déjà commencé et je suis bon élève : appliqué mais
peut mieux faire    )


loveVoltaire 12/10/2009 21:40



Je me sens partagée pour répondre à votre message ...

Je relèverai donc juste la dernière partie où j'ai l'impression que ces deux strophes me concernent ...
Non, je plaisante !

---

Ah ! ce Voltaire ! Il avait quand même l'art et la manière de dire les choses en quelques mots !