POESIE : Sur la mort de l'empereur Charles VI

Publié le par loveVoltaire

 Sur la mort de CHARLES VI

 

Photo de PAPAPOUSS

 

 

 

 

 

 

 

SUR LA MORT DE L’EMPEREUR CHARLES VI.

 

 

(1)

 

 

 

  1740 

 

 

 

 

 

Il tombe pour jamais ce cèdre dont la tête

Défia si longtemps les vents et la tempête.

Et dont les grands rameaux ombrageaient tant d’Etats.

En un instant frappée,

Sa racine est coupée

Par la faux du trépas.

 

Voilà ce roi des rois et ses grandeurs suprêmes.

La mort a déchiré ses trente diadèmes,

D’un front chargé d’ennuis dangereux ornement.

O race auguste et fière !

Un reste de poussière

Est ton seul monument.

 

Son nom même est détruit, le tombeau le dévore ;

Et si le faible bruit s’en fait entendre encore,

On dira quelquefois : « Il régnait, il n’est plus ! »

Eloges funéraires

De tant de rois vulgaires

Dans la foule perdus.

 

Ah ! s’il avait lui-même, en ces plaines fumantes

Qu’Eugène ensanglanta de ses mains triomphantes,

Conduit de ses Germains les  nombreux armements

Et raffermi l’Empire,

De qui la gloire expire

Sous les fiers Ottomans !

 

S’il n’avait pas langui dans sa ville alarmée,

Redoutable en sa cour aux chefs de son armée,

Punissant ses guerriers par lui-même avilis,

S’il eût été terrible

Au sultan invincible,

Et non pas à Wallis ! (1)

 

Ou si, plus sage encore, et détournant la guerre,

Il eût par ses bienfaits ramené sur la terre

Les beaux jours, les vertus, l’abondance, et les arts,

Et cette paix profonde

Que sut donner au monde

Le second des Césars !

 

La Renommée alors, en étendant ses ailes,

Eût répandu sur lui les clartés immortelles

Qui de la nuit du temps percent les profondeurs.

Et son nom respectable

Eût été plus durable

Que ceux de ses vainqueurs.

 

Je ne profane point les dons de l’harmonie :

Le sévère Apollon défend à mon génie

De verser, en bravant et les mœurs et les lois,

Le fiel de la satire

Sur la tombe où je respire

La majesté des rois.

 

Mais, ô Vérité sainte : ô juste Renommée !

Amour du genre humain dont mon âme enflammée

Reçoit avidement les ordres éternels,

Dictez à la mémoire

Les leçons de la gloire,

Pour le bien des mortels.

 

Rois, la Mort vous appelle au tribunal auguste

Où vous êtes pesés aux balances du juste.

Votre siècle est témoin ; le juge est l’avenir.

Demis-dieux mis en poudre,

Lui seul peut vous absoudre,

Lui seul peut vous punir.

 

 

 Sur la mort de CHARLES VI

 

 

 

1 – L’empereur Charles VI avait conclu, peu de temps avant sa mort, une paix désavantageuse avec les Turcs : il punit ses généraux qui n’avaient été que malheureux, quelques officiers qui avaient rendu des places qu’ils étaient chargés de défendre, et fit faire le procès aux plénipotentiaires qui avaient signé cette paix. Sa mort les sauva. On a prétendu qu’ils avaient reçu des ordres secrets de la grande-duchesse, depuis impératrice-reine. Il est du moins certain qu’ils l’avaient servie. Il était aisé de prévoir la mort prochaine de l’empereur, l’orage qui allait s’élever contre sa fille, et la nécessité de s’assurer de la paix avec les Turcs, beaucoup moins politiques, mais souvent plus fidèles observateurs des traités, que les princes chrétiens. (K.)

 

2 – Général qui avait perdu en 1739 la bataille de Krotska. (G.A.)

 

 

 

 

Publié dans Poésies

Commenter cet article