POESIE : Nuit blanche de Sully

Publié le par loveVoltaire

POESIE---Nuit-blanche-de-Sully.jpg

 

 

 

NUIT BLANCHE DE SULLY

 

A MADAME DE LA VRILLIERE

 

 

 

(1)

 

 

 

  1716 

 

 

 

 

 

Quelle beauté dans cette nuit profonde

Vient éclairer nos rivages heureux ?

Serait-ce point la nymphe de cette onde

Qu’amène ici le satyre amoureux ?

Je vois s’enfuir la jalouse dryade,

Je vois venir le faune dangereux ;

Non, ce n’est point une simple naïade ;

A tant d’attraits dont nos cœurs sont frappés,

A tant de grâce, à cet art de nous plaire,

A ces Amours autour d’elle attroupés,

Je reconnais Vénus, ou la Vrillière,

O déité ! Qui que ce soit des deux,

Vous qui venez prendre un rhume en ces lieux,

Heureux cent fois, heureux l’aimable asile

Qui vers minuit possède vos appas !

Et plus heureux les rimeurs qu’on exile

Dans ces jardins honorés par vos pas !

 

 

 

POESIE---Nuit-blanche-de-Sully.jpg

 

 

 

1 – Château où Voltaire passa le temps de son exil. (G.A.)

 

Publié dans Poésies

Commenter cet article