POESIE : Au roi de Prusse

Publié le par loveVoltaire

POESIE---AU-ROI-DE-PRUSSE--Boyer.jpg

 

  Photo de PAPAPOUSS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AU ROI DE PRUSSE

 

 

 

 

 

 

 

 

O fils aîné de Prométhée,

Vous eûtes, par son testament,

L’héritage du feu brillant

Dont la terre est si mal dotée.

On voit encor, mais rarement,

Des restes de ce feu charmant

Dans quelques françaises cervelles.

Chez nous, ce sont des étincelles ;

Chez vous, c’est un embrasement.

Pour ce Boyer (1), ce lourd pédant,

Diseur de sottise et de messe,

Il connaît peu cet élément ;

Et, dans sa fanatique ivresse,

Il voudrait brûler saintement

Dans des flammes d’une autre espèce.

 

 

 

POESIE - AU ROI DE PRUSSE- Boyer 

 

 

 

1 – Boyer, évêque de Mirepoix. Ce nom nous semble prouver que ces vers ne sont pas ici à leur place et qu’il faut les rejeter à l’année 1744, comme réponse à la lettre de Frédéric du 12 Mars. (G.A.)

 

 

 

 

Publié dans Poésies

Commenter cet article

James 13/03/2011 06:40



Non, chère Love ! je ne ris jamais de la perte d'un travail, je sais trop ce que ça représente comme temps perdu .


Je croise les doigts pour que vous ayez pû les récupérer sans avoir à tout retaper (en comptant sur la récupération automatique des documents Windows et Word ).


Sinon, je vous souhaite un bon courage,


Et pour votre peine, double vos gages .






loveVoltaire 14/03/2011 06:32



Hélas non, je n'ai rien pû récupérer ; je travaillais avec ma clé USB.


 


Autant j'aime relire plusieurs fois les textes, autant je déteste les taper deux fois. Enfin, tant pis pour moi.


 


Bonne journée, Mister James.



James 12/03/2011 16:16



Un peu de miel pour le roi, et un sourire de tigre affamé pour Boyer !


Juste répartition


Volti, tu me plais chaque jour davantage .



loveVoltaire 12/03/2011 22:11



Mister James, je pense comme vous vis-à-vis de Voltaire. Plus je travaille sur sa correspondance, ses odes, épîtres, etc. et plus je suis sous le charme. Quel homme
!


 


Aujourd'hui j'ai travaillé sur le Siècle de Louis XIV et j'ai, par mégarde, scratché 16 pages Word !



 


Bon, ben je vais faire dodo.


 


Bonne soirée à vous et ne riez pas, hein !