POESIE : A Mademoiselle***

Publié le par loveVoltaire

Jeannot-et-Colin.jpg

A MADEMOISELLE ***

 

QUI AVAIT PROMIS UN BAISER A CELUI QUI FERAIT LES MEILLEURS VERS POUR SA FETE (1)

 

 

 

 

 

 

 

Quoi ! Pour le prix des vers accorder au vainqueur

D’un baiser la douce caresse,

Céphise, quelle est votre erreur !

Vous donnez à l’esprit ce qui n’est dû qu’au cœur.

Un baiser fut toujours le prix de la tendresse,

Et c’est à l’amour seul qu’en appartient  le don :

Les habitants du Pinde en leur plus grande ivresse

N’ont jamais espéré qu’un laurier d’Apollon.

Des vers à mes rivaux je cède l’avantage ;

Ils riment mieux que moi, mais je sais mieux aimer ;

Que le laurier soit leur partage,

Et le mien sera le baiser.

 

 


Jeannot et Colin

 

1 – Collé, dans son Journal, attribue ces vers à Saurin. (G.A.)

Publié dans Poésies

Commenter cet article

james 13/12/2009 16:08



Que le laurier soit dans le potage,


Et le baiser pour moi, sans partage.