JUGEMENT SUR VOLTAIRE de MARTIN

Publié le par loveVoltaire

Henri_Martin_1.jpg

 

 

 

 

JUGEMENT SUR VOLTAIRE

 

De

 

 

Henri MARTIN

 

 

1810 – 1883

 

 

HOMME POLITIQUE FRANÇAIS, HISTORIEN

 

ROMANCIER, ESSAYISTE

 

 

 

 

 

         Nul homme, à travers plus de mobilité extérieure, n’a été, au fond, plus fidèle à lui-même…

 

         Personnellement au-dessus de tout soupçon quant au vice dégradant… son tempérament et son esprit, également délicats, l’éloignèrent de tous les excès…

 

         Toute vertu se renferma pour lui dans ceci : Faire du bien aux hommes, aider les hommes à être aussi heureux que possible en cette vie. Dès sa première jeunesse, il avait réduit cette morale en système. Il y appliqua une conviction énergique, qui ne se démentit jamais : la tolérance qu’il avait pour la dissolution des mœurs, il ne l’eut jamais pour l’injustice, pour l’oppression… Un mépris et une haine passionnée, implacable, bien différente de la froide antipathie de Bayle, entrèrent dans son âme contre le fanatisme et contre l’hypocrisie.

 

         Les qualités de son cœur étaient en harmonie avec celles de son esprit… sa sensibilité était sans cesse en mouvement pour tous et pour toutes choses… Nullement égoïste, la main et le cœur toujours ouverts, irritable et généreux, vindicatif et facile à apitoyer… Par un don très rare, la vivacité n’excluait pas la durée dans ses affections, pas plus qu’une certaine timidité ombrageuse… n’excluait un ferme courage d’esprit et une volonté inébranlablement dévouée au triomphe de ses convictions. Dès l’origine, il avait entrevu un double but qu’il ne perdit jamais de vue à travers les faiblesses, les défaillances, les orages de sa vie : combattre ce qu’il jugeait être le mal et conquérir la gloire ; l’intérêt de l’humanité et l’intérêt de son ambition ne se séparèrent jamais dans sa pensée…

 

         Chez Voltaire la passion tenait autant de place que l’esprit : on peut même dire qu’elle tenait la première place, et qu’elle se faisait de l’esprit un instrument d’une infatigable activité. Voltaire ne comprenait guère qu’on pût savoir pour savoir, penser pour penser…

 

         L’esprit critique de notre race, mais aussi son sens pratique et sa profonde humanité, se personnifient avec une puissance inouïe dans Voltaire.

 

 

(Histoire de France.)

 

 

Publié dans Jugements

Commenter cet article

james 11/09/2010 11:05



Eh ! bien , voila un homme qui parle selon mon coeur !


(et qui mérite bien un boulevard au monopoly !  )



loveVoltaire 11/09/2010 12:31



Moi aussi, j'aime beaucoup ce témoignage...


 


"Voltaire, fidèle à lui même ... Ses qualités toujours en harmonie avec celles de son coeur ... sa sensibilité toujours en mouvement "
etc.


 


Ne pensez-vous pas, Mister James que si Voltaire n'existait pas, il faudrait l'inventer !