JUGEMENT SUR VOLTAIRE de DE MAISTRE

Publié le par loveVoltaire

maistrecolour.jpg

 

 

 

 

 

JUGEMENT SUR VOLTAIRE

 

Du

 

 

Comte Joseph de MAISTRE

 

 

1753 – 1821

 

 

HOMME POLITIQUE FRANÇAIS, PHILOSOPHE, MAGISTRAT

 

HISTORIEN, ECRIVAIN

 

 

 

 

 

 

 

         Le Chevalier. – Oh ! mon cher ami, vous êtes trop rancuneux envers François-Marie AROUET. Cependant il n’existe plus ; comment peut-on conserver tant de rancune contre les morts ?

 

         Le Comte de Maistre. – Mais ses œuvres ne sont pas mortes, elles vivent, elles nous tuent ; il nous semble que ma haine est suffisamment justifiée.

 

         Le Chevalier. – A la bonne heure ; mais il ne faut pas que ce sentiment nous rende injuste envers un si beau génie, et ferme nos yeux sur ce talent universel qu’on doit regarder comme une brillante propriété de la France.

 

         Le Comte de Maistre. – Beau génie tant qu’il vous plaira, monsieur le chevalier ; il n’en est pas moins vrai, qu’en louant Voltaire, il ne faut le louer qu’avec une certaine retenue, j’ai presque dit à contrecœur. L’admiration effrénée dont trop de gens l’entourent est le signe infaillible d’une âme corrompue. Qu’on ne se fasse point illusion ; si quelqu’un, en parcourant sa bibliothèque, se sent attiré vers les œuvres de Ferney, Dieu ne l’aime pas. Souvent on s’est moqué de l’autorité ecclésiastique, qui condamnait les livres, in odium auctoris : en vérité, rien n’était plus juste. Refusez les honneurs du génie à celui qui abuse de ses dons. Si cette loi était sévèrement observée, on verrait bientôt disparaître les livres empoisonnés. Mais, puisqu’il ne dépend pas de nous de la promulguer, gardons-nous au moins de donner dans l’excès, bien plus répréhensible qu’on ne le croit, d’exalter sans mesure les écrivains coupables, et celui-là surtout. Il a prononcé contre lui-même, sans s’en apercevoir, un arrêt terrible : car c’est lui qui a dit :

 

         Un esprit corrompu ne fut jamais sublime.

 

         Rien n’est plus vrai, et voilà pourquoi Voltaire avec ses cent volumes ne fut jamais que joli. J’excepte la tragédie… Du reste je ne puis souffrir l’exagération qui le nomme universel. Il est nul dans l’ode : et qui pourrait s’en étonner ? L’impiété réfléchie avait tué chez lui la flamme divine de l’enthousiasme ; il est encore nul, et même jusqu’au ridicule, dans le drame lyrique, son oreille ayant été fermée absolument aux beautés harmoniques comme ses yeux l’étaient à celles de l’art.

 

         Dans les genres qui paraissent les plus analogues à son talent naturel, il se traîne : ainsi, il est médiocre, froid, et souvent (qui le croirait ?) lourd et grossier, dans la comédie ; car le méchant n’est jamais comique. Par la même raison il n’a pas su faire une épigramme, la moindre gorgée de son fiel ne pouvant couvrir moins de cent vers. S’il essaie la satire, il glisse dans le libelle. Il est insupportable dans l’histoire, en dépit de son art, de son élégance, et des grâces de son style, aucune qualité ne pouvant remplacer celles qui lui manquent et qui sont la vie de l’histoire, la gravité, la bonne foi et la dignité. Quant à son poème épique, je n’ai pas le droit d’en parler ; car, pour juger un livre il faut l’avoir lu, et pour le lire il faut être éveillé. Une monotonie assoupissante plane sur la plupart de ses écrits, qui n’ont que deux sujets, la Bible et ses ennemis ; il blasphème ou il insulte. Sa plaisanterie si vantée est cependant loin d’être irréprochable, le rire qu’elle excite n’est pas légitime ; c’est une grimace. N’avez-vous jamais remarqué que l’anathème divin fût écrit sur son visage ? Après tant d’années, il est temps encore d’en faire l’expérience. Allez contempler sa figure au palais de l’Ermitage : jamais je ne la regarde sans me féliciter de ce qu’elle ne nous a point été transmise par quelque ciseau héritier des Grecs, qui aurait su peut-être y répandre un certain beau idéal. Ici tout est naturel. Il y a autant de vérité dans cette tête qu’il y en aurait dans le plâtre pris sur le cadavre. Voyez ce front abject que la pudeur ne colora jamais, ces deux cratères éteints où semblent bouillonner encore la luxure et la haine, cette bouche, – je dis mal peut-être, mais ce n’est pas ma faute, – ce rictus épouvantable courant d’une oreille à l’autre, et ces lèvres pincées par la cruelle malice comme un ressort prêt à se détendre pour lancer le blasphème ou le sarcasme.

 

         Ne me parlez pas de cet homme, je ne puis en soutenir l’idée. Ah ! Qu’il nous a fait du mal ! Semblable à cet insecte, le fléau des jardins, qui n’adresse ses morsures qu’à la racine des plantes les plus précieuses, Voltaire, avec son aiguillon, ne cesse de piquer les deux racines de la société, les femmes et les jeunes gens ; il les imbibe de ses poisons, qu’il transmet ainsi d’une génération à l’autre. C’est en vain que, pour voiler d’inexprimables attentats, ses stupides admirateurs nous assourdissent de tirades sonores où il a parlé supérieurement des objets les plus vénérés. Ces aveugles volontaires ne voient pas qu’ils achèvent ainsi la condamnation de ce coupable écrivain. Si Fénelon, avec la même plume qui peignit les joies de l’Elysée, avait écrit le livre du Prince, il serait mille fois plus vil et plus coupable que Machiavel.

 

         Le grand crime de Voltaire est l’abus du talent et la prostitution réfléchie d’un génie créé pour célébrer Dieu et la vertu. Il ne saurait alléguer, comme tant d’autres, la jeunesse, l’inconsidération, l’entraînement des passions, et, pour terminer enfin, la triste faiblesse de notre nature. Rien ne l’absout : sa corruption est d’un genre qui n’appartient qu’à lui ; elle s’enracine dans les dernières fibres de son cœur, et se fortifie de toutes les forces de son entendement. Toujours alliée au sacrilège, elle brave Dieu en perdant les hommes. Avec une fureur qui n’a pas d’exemple, cet insolent blasphémateur en vient à se déclarer l’ennemi personnel du Sauveur des hommes ; il ose, du fond de son néant, lui donner un nom ridicule ; et cette loi admirable que l’Homme-Dieu apporta sur la terre, il l’appelle l’infâme. Abandonné de Dieu qui punit en se retirant, il ne connaît plus de frein. D’autres cyniques étonnèrent la vertu, Voltaire étonne le vice. Il se plonge dans la fange, il s’y roule, il s’en abreuve ; il livre son imagination à l’enthousiasme de l’enfer, qui lui prête toutes ses forces pour le traîner jusqu’aux limites du mal. Il invente des prodiges, des monstres qui font pâlir. Paris le couronna, Sodome l’eût banni. Profanateur effronté de la langue universelle et de ses plus grands noms, le dernier des hommes après ceux qui l’aiment : Comment vous peindrais-je ce qu’il me fait éprouver ? Quand je vois ce qu’il pouvait faire et ce qu’il a fait, ses inimitables talents ne m’inspirent plus qu’une espèce de rage sainte qui n’a pas de nom. Suspendu entre l’admiration et l’horreur, quelquefois je voudrais lui faire élever une statue… par la main du bourreau.

 

 

 

(Soirées de Saint-Pétersbourg. IV Entretien.)

 

 

Publié dans Jugements

Commenter cet article

james 10/09/2010 01:00



Quel triste sire ! Je le sens crever de rage et d'envie, et de manière posthume, je le renvoie à sa petitesse .


Qui admire ce comte à la noix (savoyard, il n'est pas loin de Grenoble capitale de la noix ) ? Qui vient du monde entier  visiter les lieux où il a vécu ? Je vous laisse le choix du nombre
qui ne doit pas dépasser celui des doigts d'un manchot ! En tout cas , je conçois fort bien qu'il n'ait pas eu l'heureuse humeur de plaire aux" femmes et  jeunes gens".


 



loveVoltaire 10/09/2010 19:05



Voilà ! Vous avez tout dit ! 


Ce n'est pas un jugement ce qu'il a écrit,


c'est du dégueuli ...


Vive Volti !!!