EPITRE : A M. de Gervasi, médecin

Publié le par loveVoltaire

EPITRE--A-M.-GERVASI.jpg

 

Photo de PAPAPOUSS 

 

 

 

 

 

 

 

 

A M. DE GERVASI, MÉDECIN

 

 

(1)

 

 

 

 

– 1721 –

 

 

 

 

 

 

 

Tu revenais couvert d’une gloire éternelle ;

Le Gévaudan (2) surpris t’avait vu triompher

Des traits contagieux d’une peste cruelle,

Et ta main venait d’étouffer

De cent poisons cachés la semence mortelle.

Dans Maisons cependant je voyais mes beaux jours

Vers leurs derniers moments précipiter leur cours.

Déjà près de mon lit la Mort inexorable

Avait levé sur moi sa faux épouvantable ;

Le vieux nocher des morts à sa voix accourut.

C’en était fait ; sa main tranchait ma destinée :

Mais tu lui dis : « Arrête !... » et la Mort étonnée

Reconnut son vainqueur, frémit, et disparut.

Hélas ! Si, comme moi, l’aimable Genonville

Avait de ta présence eu le secours utile,

Il vivrait (3), et sa vie eût rempli nos souhaits ;

De son cher entretien je goûterai les charmes ;

Mes jours, que je te dois, renaîtraient sans alarmes,

Et mes yeux, qui sans toi se fermaient pour jamais,

Ne se rouvriraient point pour répandre des larmes.

C’est toi du moins, c’est toi par qui, dans ma douleur,

Je peux jouir de la douceur

De plaire et d’être cher encore

Aux illustres amis dont mon destin m’honore.

Je recevrai Maisons (4), dont les soins bienfaisants

Viennent d’adoucir ma souffrance ;

Maisons, en qui l’esprit tient lieu d’expérience,

Et dont j’admire la prudence

Dans l’âge des égarements.

Je me flatte en secret que je pourrai peut-être

Charmer encor Sully, qui m’a trop oublié.

Mariamne (5) à ses yeux ira bientôt paraître ;

Il la verra pour elle implorer sa pitié,

Et ranimer en lui ce goût, cette amitié,

Que pour moi, dans son cœur, ma muse avait fait naître.

Beaux jardins de Villars, ombrages toujours frais,

C’est sous vos feuillages épais

Que je retrouverai ce héros plein de gloire

Que nous a ramené la Paix

Sur les ailes de la Victoire.

C’est là que Richelieu, par son air enchanteur,

Par ses vivacités, son esprit, et ses grâces,

Dès qu’il reparaîtra, saura joindre mon cœur

A tant de cœurs soumis qui volent sur ses traces.

Et toi, cher Bolingbrok (6), héros qui d’Apollon

As reçu plus d’une couronne,

Qui réunis en ta personne

L’éloquence de Cicéron,

L’intrépidité de Caton,

L’esprit de Mécénas, l’agrément de Pétrone,

Enfin donc je respire, et respire pour toi ;

Je pourrai désormais te parler et t’entendre.

Mais, ciel ! Quel souvenir vient ici me surprendre !

Cette aimable beauté qui m’a donné sa foi,

Qui m’a juré toujours une amitié si tendre,

Daignera-t-elle encore jeter les yeux sur moi (7) ?

Hélas ! en descendant sur le sombre rivage,

Dans mon cœur expirant je portais son image ;

Son amour, ses vertus, ses grâces, ses appas,

Les plaisirs que cent fois j’ai goûtés dans ses bras,

A ces derniers moments flattaient encor mon âme ;

Je brûlais, en mourant, d’une immortelle flamme.

Grands dieux ! Me faudra-t-il regretter le trépas ?

M’aurait-elle oublié ? Serait-elle volage ?

Que dis-je ? Malheureux ! Où vais-je m’engager ?

Quand on porte sur le visage

D’un mal si redouté le fatal témoignage,

Est-ce à l’amour qu’il faut songer ?

 

 

 EPITRE- A M. GERVASI

 

 

 

 

1 – Cette épître fut imprimée à Paris en 1726, avec une version latine. (K.)

 

2 – M. de Gervasi, célèbre médecin de Paris, avait été envoyé dans le Gévaudan pour la peste, et à son retour il est venu guérir Voltaire de la petite vérole, dans le château de Maisons, à six lieues de Paris, en 1723. (1756)

 

3 – Genonville était mort en septembre 1723, c’est-à-dire trois mois auparavant, de la petite-vérole dont Voltaire venait de guérir. (G.A.)

 

4 – Le jeune président Maisons était emporté par la même maladie, huit ans plus tard. (G.A.)

 

5 – C’est la tragédie de Mariamne. (G.A.)

 

6 – Voltaire allait souvent chez lui, dans son château de la Source. (G.A.)

 

7 – Est-ce mademoiselle Lecouvreur que Voltaire désigne ici ? (G.A.)

 

 

 

 

Publié dans Epîtres

Commenter cet article

James 26/03/2011 21:27



Ah ! que voila des textes plaisants !


Je me suis régalé à cette lecture .
Merci à Love, qui , sans rature,


Nous offre ce présent .






loveVoltaire 27/03/2011 08:12



Savez-vous, Mister James, qu'il ne se passe pas un jour sans que j'ai un éclat de rire avec Monsieur de Voltaire ?


 


Bon dimanche raccourci d'une heure de sommeil.