DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : L comme LETTRES

Publié le par loveVoltaire

5224414394_1e67dcf73e_z.jpg

 

Photo de Khalah

 

  LYON  SOUS LA NEIGE...

 

 

 

L comme LETTRES, GENS DE LETTRES, OU LETTRÉS

 

 

 

 

 

 

         Dans nos temps barbares, lorsque les Francs, les Germains, les Bretons, les Lombards, les Mosarabes espagnols, ne savaient ni lire ni écrire, on institua des écoles, des universités, composées presque toutes d’ecclésiastiques, qui, ne sachant que leur jargon, enseignèrent ce jargon à ceux qui voulurent l’apprendre ; les académies ne sont venues que longtemps après ; elles ont méprisé les sottises des écoles, mais elles n’ont pas toujours osé s’élever contre elles, parce qu’il y a des sottises qu’on respecte, attendu qu’elles tiennent à des choses respectables.

 

         Les gens de lettres qui ont rendu le plus de services au petit nombre d’êtres pensants répandus dans le monde, sont les lettrés isolés, les vrais savants renfermés dans leur cabinet, qui n’ont ni argumenté sur les bancs des universités, ni dit les choses à moitié dans les académies ; et ceux-là ont presque tous été persécutés. Notre misérable espèce est tellement faite, que ceux qui marchent dans le chemin battu jettent toujours des pierres à ceux qui enseignent un chemin nouveau.

 

         Montesquieu dit que les Scythes crevaient les yeux à leurs esclaves, afin qu’ils furent moins distraits en battant leur beurre ; c’est ainsi que l’inquisition en use, et presque tout le monde est aveugle dans les pays où ce monstre règne. On a deux yeux depuis plus de cent ans en Angleterre ; les Français commencent à ouvrir un œil ; mais quelquefois il se trouve des hommes en place qui ne veulent pas même permettre qu’on soit borgne.

 

         Ces pauvres gens en place sont comme le docteur Balouard de la comédie italienne, qui ne veut être servi que par le balourd Arlequin, et qui craint d’avoir un valet trop pénétrant.

 

         Faites des odes à la louange de monseigneur Superbus Fadus, des madrigaux pour sa maîtresse ; dédiez à son portier un livre de géographie, vous serez bien reçu ; éclairez les hommes, vous serez écrasé.

 

         Descartes est obligé de quitter sa patrie, Gassendi est calomnié, Arnauld traîne ses jours dans l’exil ; tout philosophe est traité comme les prophètes chez les Juifs.

 

         Qui croirait que dans le dix-huitième siècle un philosophe (1) ait été traîné devant les tribunaux séculiers, et traité d’impie par les tribunaux d’arguments, pour avoir dit que les hommes ne pourraient exercer les arts s’ils n’avaient pas de mains ? Je ne désespère pas qu’on ne condamne bientôt aux galères le premier qui aura l’insolence de dire qu’un homme ne penserait pas s’il était sans tête ; car, lui dira un bachelier, l’âme est un esprit pur, la tête n’est que de la matière ; Dieu peut placer l’âme dans le talon, aussi bien que dans le cerveau ; pourtant, je vous dénonce comme un impie.

 

         Le plus grand malheur d’un homme de lettres n’est peut-être pas d’être l’objet de la jalousie de ses confrères, la victime de la cabale, le mépris des puissants du monde ; c’est d’être jugé par des sots. Les sots vont loin quelquefois, surtout quand le fanatisme se joint à l’ineptie, et à l’ineptie l’esprit de vengeance. Le grand malheur encore d’un homme de lettres est ordinairement de ne tenir à rien. Un bourgeois achète un petit office, et le voilà soutenu par ses confrères. Si on lui fait une injustice, il trouve aussitôt des défenseurs. L’homme de lettres est sans secours ; il ressemble aux poissons volants ; s’il s’élève un peu, les oiseaux le dévorent ; s’il plonge, les poissons le mangent.

 

         Tout homme public paye tribut à la malignité ; mais il est payé en deniers et en honneurs (2).

 

 

 

 5224414394 1e67dcf73e z

 

 

1 – Helvétius. Redite de l’article HOMME. (G.A.)

 

2 – « L’homme de lettres paye le même tribut sans rien recevoir, lit-on, en outre, dans le Portatif ; il est descendu pour son plaisir dans l’arène ; il s’est lui-même condamné aux bêtes. » (G.A.)

 

 

Commenter cet article

james 14/12/2010 00:21



Oui ! même de dos, je l'ai reconnu, c'est le terrible homme des neiges !



loveVoltaire 14/12/2010 20:50



En fait, le plus terrible, c'était la neige !!!


 


Ouf, à l'heure où je vous écris, tout cela a fondu !