DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : A comme AFFIRMATION PAR SERMENT

Publié le par loveVoltaire

A-comme-Affirmation-par-serment.jpg

 

 Photo de PAPAPOUSS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A comme AFFIRMATION PAR SERMENT.

 

 

 

 

         Nous ne dirons rien ici sur l’affirmation avec laquelle les savants s’expriment si souvent. Il n’est permis d’affirmer, de décider qu’en géométrie. Partout ailleurs imitons le docteur Métaphraste de Molière (1). Il se pourrait − la chose est faisable − cela n’est pas impossible  − il faut voir. Adoptons le peut-être de Rabelais, le que sais-je de Montaigne, le non liquet des Romains, le doute de l’Académie d’Athènes, dans les choses profanes s’entend : car, pour le sacré, on sait bien qu’il n’est pas permis de douter.

 

         Il est dit à cet article, dans le Dictionnaire encyclopédique, que les primitifs, nommés quakers en Angleterre, font foi en justice sur leur seule affirmation, sans être obligés de prêter serment.

 

         Mais les pairs du royaume ont le même privilège ; les pairs séculiers affirment sur leur honneur, et les pairs ecclésiastiques en mettant la main sur le cœur ; les quakers obtinrent la même prérogative sous le règne de Charles II ; c’est la seule secte qui ait cet honneur en Europe.

 

         Le chancelier Cowper voulut obliger les quakers à jurer comme les autres citoyens ; celui qui était à leur tête lui dit gravement : « L’ami chancelier, tu dois savoir que notre Seigneur Jésus-Christ, notre sauveur, nous a défendu d’affirmer autrement que par ya ya, no no. Il a dit expressément : « Je vous défends de jurer ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu ; ni par la terre, parce que c’est la ville du grand roi ; ni par la tête, parce que tu n’en peux rendre un seul cheveu ni blanc ni noir. » Cela est positif, notre ami ; et nous n’irons pas désobéir à Dieu pour complaire à toi et à ton parlement. »

 

         On ne peut mieux parler, répondit le chancelier ; mais il faut que vous sachiez qu’un jour Jupiter ordonna que toutes les bêtes de somme se fissent ferrer : les chevaux, les mulets, les chameaux même obéirent incontinent, les ânes seuls résistèrent ; ils représentèrent tant de raisons, ils se mirent à braire si longtemps, que Jupiter, qui était bon, leur dit enfin : « Messieurs les ânes, je me rends à votre prière ; vous ne serez point ferrés, mais le premier faux pas que vous ferez, vous aurez cent coups de bâton. »

 

         Il faut avouer que les quakers n’ont jamais jusqu’ici fait de faux pas.

 

 A comme Affirmation par serment

 

 

 

 

1 – Lisez Marphurius au lieu de Métaphraste.

 

 

Commenter cet article

James 04/11/2011 07:30



Je ne suis point "quakre" mais seulement un âne qui a toujours trouvé ridicule les prestations de serment sur la prétendue "sainte bible", banal assemblage de papier et d'encre, d'autant plus
ridicules qu'on l'exigeait même de la part de criminels assassins athées .


Enfin, je me dis âne, mais en réponse à votre défi précédent, je peux dire oui, je sais diviser très aisément 123 456 789  par 123 456 789, de tête, sans calculette , après, ça se complique
et j'avoue la supériorité d'Emilie dans ce domaine .


Ce que je ne divise pas, c'est le plaisir de vous connaitre, qui lui se multiplie de tête et pour le coeur .



loveVoltaire 04/11/2011 08:10