EPITRE : Au roi de Prusse

Publié le par loveVoltaire

EPITRE : Au roi de Prusse

AU ROI DE PRUSSE FREDERIC-LE-GRAND, EN REPONSE A UNE LETTRE DONT IL HONORA L’AUTEUR, A SON AVENEMENT A LA COURONNE (1) – 1740 – Quoi ! Vous êtes monarque, et vous m’aimez encore ! Quoi ! Le premier moment de cette heureuse aurore Qui promet à la terre...

Lire la suite

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : F comme FEMME

Publié le par loveVoltaire

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : F comme FEMME

F COMME FEMME (1) PHYSIQUE ET MORALE En général elle est bien moins forte que l’homme, moins grande, moins capable de longs travaux ; son sang est plus aqueux, sa chair moins compacte, ses cheveux plus longs, ses membres plus arrondis ; les bras moins...

Lire la suite

CORRESPONDANCE : Catherine II et Voltaire - Partie 5

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE : Catherine II et Voltaire - Partie 5

Photo de KHALAH 25 - DE L’IMPERATRICE . A Pétersbourg, 11/22 Septembre 1769 J’ai vu, monsieur, par votre lettre au comte de Schouvalof (1) que la prétendue dévastation de la nouvelle Servie, que les gazettes fanatiques ont tant prônée, vous avait donné...

Lire la suite

EPITRE : A Madame la Maréchale de Villars

Publié le par loveVoltaire

EPITRE : A Madame la Maréchale de Villars

A MADAME LA MARECHALE DE VILLARS (1) − 1719 − Divinité que le ciel fit pour plaire, Vous qu’il orna des charmes les plus doux, Vous que l’Amour prend toujours pour sa mère, Quoiqu’il sait bien que Mars est votre époux, Qu’avec regret je me vois loin de...

Lire la suite

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : F comme FELICITE

Publié le par loveVoltaire

DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE : F comme FELICITE

F comme FELICITE DES DIFFERENTS USAGES DE CE TERME Félicité est l’état permanent, du moins pour quelque temps, d’une âme contente ; et cet état est bien rare. Le bonheur vient du dehors ; c’est originairement une bonne heure : un bonheur vient, on a un...

Lire la suite

EPITRE : A une dame un peu mondaine

Publié le par loveVoltaire

EPITRE : A une dame un peu mondaine

A UNE DAME UN PEU MONDAINE ET TROP DEVOTE (1) − 1715 − Tu sortais des bras du Sommeil, Et déjà l’œil du Jour voyait briller tes charmes, Lorsque le tendre Amour parut à ton réveil ; Il te baisait les mains, qu’il baignait de ses larmes. « Ingrate, te...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>