DIALOGUES ET ENTRETIENS PHILOSOPHIQUES - Mme de Maintenon et Melle de Lenclos

Publié le par loveVoltaire

DIALOGUES ET ENTRETIENS PHILOSOPHIQUES - Mme de Maintenon et Melle de Lenclos

Photo de PAPAPOUSS

 

 

 

 

 

DIALOGUES

ET ENTRETIENS PHILOSOPHIQUES.

 

___________

 

 

MADAME DE MAINTENON (1)

et

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

 

1751 –

 

 

 

[Ce Dialogue, fut publié en même temps que le précédent, mais il devait être composé depuis plus d’un an. C’est assurément madame de Pompadour qui parle ici sous le nom de madame de Maintenon, et mademoiselle de Lenclos exprime quelques-uns des sentiments mêmes de Voltaire s’éloignant de la favorite de Louis XV.] (G.A.)

 

_________

 

 

 

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Oui, je vous ai priée de venir me voir en secret. Vous pensez peut-être que c’est pour jouir à vos yeux de ma grandeur ? Non, c’est pour trouver en vous des consolations.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Des consolations, madame ! Je vous avoue que, n’ayant point eu de vos nouvelles depuis votre grande fortune, je vous ai crue heureuse.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

J’ai la réputation de l’être. Il y a des âmes pour qui c’en est assez : la mienne n’est pas de cette trempe : je vous ai toujours regrettée.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

J’entends. Vous sentez dans la grandeur le besoin de l’amitié ; et moi, qui vis pour l’amitié, je n’ai jamais eu besoin de la grandeur ; mais pourquoi donc m’avez-vous oubliée si longtemps ?

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Vous sentez qu’il a fallu paraître vous oublier. Croyez que parmi les malheurs attachés à mon élévation je compte surtout cette contrainte.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Pour moi, je n’ai oublié ni mes premiers plaisirs ni mes anciens amis. Mais si vous êtes malheureuse comme vous le dites, vous trompez bien toute la terre qui vous envie.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Je me suis trompée la première. Si, lorsque nous soupions autrefois ensemble avec Villarceaux et Nantouillet, dans votre petite rue des Tournelles ; lorsque la médiocrité de notre fortune était à peine pour nous un sujet de réflexion, quelqu’un m’avait dit : Vous approcherez un jour du trône : le plus puissant monarque du monde n’aura de confiance qu’en vous ; toutes les grâces passeront par vos mains ; vous serez regardée comme une souveraine ; si, dis-je, on m’avait fait de telles prédictions, j’aurais dit : Leur accomplissement doit faire mourir d’étonnement et de joie. Tout s’est accompli, j’ai éprouvé de la surprise dans les premiers moments ; j’ai espéré la joie, et ne l’ai point trouvée.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Les philosophes pourront vous croire ; mais le public aura bien de la peine à se figurer que vous ne soyez pas contente et s’il pensait que vous ne l’êtes pas, il vous blâmerait.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Il faut bien qu’il se trompe comme moi. Ce monde-ci est un vaste amphithéâtre où chacun est placé au hasard sur son gradin. On croit que la suprême félicité est dans les degrés d’en haut : quelle erreur !

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Je crois que cette erreur est nécessaire aux hommes ; ils ne se donneraient pas la peine de s’élever, s’ils ne pensaient que le bonheur est placé fort au-dessus d’eux. Nous connaissons toutes deux des plaisirs moins remplis d’illusions. Mais, de grâce, comment vous y êtes-vous prise pour être si malheureuse sur votre gradin ?

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Ah ! ma chère Ninon, depuis le temps que je ne vous ai plus appelée que mademoiselle de Lenclos, j’ai commencé à n’être plus si heureuse. Il faut que je sois prude ; c’est tout vous dire. Mon cœur est vie ; mon esprit est contraint : je joue le premier personnage de France ; mais ce n’est qu’un personnage. Je ne vis que d’une vie empruntée. Ah ! si vous saviez ce que c’est que le fardeau imposé à une âme languissante de ranimer une autre âme, d’amuser un esprit qui n’est plus amusable (3) !

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Je conçois toute la tristesse de votre situation. Je crains de vous insulter en réfléchissant que Ninon est plus heureuse à Paris dans sa petite maison avec l’abbé de Châteauneuf et quelques amis, que vous à Versailles auprès de l’homme de l’Europe le plus respectable, qui met toute sa cour à vos pieds. Je crains de vous étaler la supériorité de mon état. Je sais qu’il ne faut pas trop goûter sa félicité en présence des malheureux. Tâchez, madame, de prendre votre grandeur en patience ; tâchez d’oublier l’obscurité voluptueuse où nous vivions toutes deux autrefois, comme vous avez été forcée d’oublier ici vos anciennes amies. Le seul remède dans votre état douloureux, c’est de ne dire jamais :

 

 

Félicité passée,

Qui ne peux revenir,

Tourment de ma pensée,

Que n’ai-je, en te perdant, perdu le souvenir !

 

J. BERTAUT, évêque de Séez.

 

 

Buvez du fleuve Léthé, consolez-vous surtout en jetant les yeux sur tant de reines qui s’ennuient.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Ah ! Ninon, peut-on se consoler seule ? J’ai une proposition à vous faire ; mais je n’ose.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Madame, franchement, c’est à vous à être timide ; mais osez.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Ce serait de troquer, du moins en apparence, votre philosophie contre de la pruderie, de vous faire femme respectable. Je vous logerais à Versailles, vous seriez mon amie plus que jamais ; vous m’aideriez à supporter mon état.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Je vous aime toujours, madame ; mais je vous avouerai que je m’aime davantage. Il n’y a pas moyen que je me fasse hypocrite et malheureuse, parce que la fortune vous a maltraitée.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Ah ! cruelle Ninon ! vous avez le cœur plus dur qu’on ne l’a même à la cour. Vous m’abandonnez impitoyablement.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Non, je suis toujours sensible. Vous m’attendrissez ; et pour vous prouver que j’ai toujours le même goût pour vous, je vous offre tout ce que je puis ; quittez Versailles, venez vivre avec moi dans la rue des Tournelles.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Vous me percez le cœur. Je ne puis être heureuse auprès du trône, et je ne pourrais l’être au Marais. Voilà le funeste effet de la cour.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Je n’ai point de remède pour une maladie incurable. Je consulterai sur votre mal avec les philosophes qui viennent chez moi ; mais je ne vous promets pas qu’ils fassent l’impossible.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Quoi ! se voir au faîte de la grandeur, être adorée, et ne pouvoir être heureuse !

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Écoutez, il y a peut-être ici du malentendu. Vous vous croyez malheureuse uniquement par votre grandeur.

 

Le mal ne viendrait-il pas aussi de ce que vous n’avez plus ni les yeux si beaux, ni l’estomac si bon, ni les désirs si vifs qu’autrefois ? Perdre sa jeunesse, sa beauté, ses passions, c’est là le vrai malheur. Voilà pourquoi tant de femmes se font dévotes à cinquante ans, et se sauvent d’un ennui par un autre.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Mais vous êtes plus âgée que moi, et vous n’êtes ni malheureuse ni dévote.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Expliquons-nous. Il ne faut pas à notre âge s’imaginer qu’on puisse jouir d’une félicité complète. Il faut une âme bien vive, et cinq sens bien parfaits pour goûter cette espèce de bonheur-là. Mais avec des amis, de la liberté et de la philosophie, on est aussi bien que notre âge le comporte. L’âme n’est mal que quand elle est hors de sa sphère. Croyez-moi, venez vivre avec mes philosophes.

 

MADAME DE MAINTENON.

 

Voici deux ministres qui viennent. Cela est bien loin des philosophes. Adieu donc, chère Ninon.

 

MADEMOISELLE DE LENCLOS.

 

Adieu, auguste infortunée.

 

 

 

 

 

 

1 – Madame de Maintenon et mademoiselle Ninon de Lenclos avaient longtemps vécu ensemble. Cette fille célèbre, qui est morte à quatre-vingt-huit ans, avait vu l’auteur, et même elle lui fit un legs par son testament. L’auteur a souvent entendu dire à feu l’abbé de Châteauneuf que madame de Maintenon avait fait ce qu’elle avait pu pour engager Ninon à se faire dévote et à venir la consoler à Versailles de l’ennui de la grandeur et de la vieillesse.- Ninon mourut à quatre-vingt-neuf ans. Voyez encore sur cette personne Une lettre à M*** dans les OPUSCULES de la Critique littéraire. (G.A.)

 

2 – Ceux de l’amour. (G.A.)

 

3 – Ce sont les propres paroles de madame de Maintenon. (Voltaire.)

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Andre 11/09/2021 16:28

Veuillez comprendre que je ne peux pas répondre aussi facilement. Je peux me tromper complètement. Je suis étonné d'avoir posé la question si directement, et maintenant je suis touché que vous me posiez à votre tour la question si sincèrement. Merci pour la réponse: le choix dépend uniquement de ce que vous ressentez. Avec ça tout est dit et ça me calme.
D'ailleurs, j'ai ri lorsque j'ai lu le mot « chef de famille », puis j'ai vu ma tête se refléter sur une photo à côté de moi. Ce « chef de famille » a souvent mal à la tête, les cheveux forment une guirlande autour de sa tête; Il y a une prothèse du haut depuis 7 ans, seules quelques dents la retiennent, les dents du bas sont encore tout à fait acceptables; oui, et j'ai besoin des lunettes aussi. Mais je dois être reconnaissant pour tout, car nous avons eu 4 décès dans la famille éloignée l'année dernière. Tout avait à voir avec les voyages et, dans un cas, beaucoup de travail. C'était très épuisant pour moi. Mais assez de ça maintenant. Restez simplement en bonne santé!
André

Andre 09/09/2021 20:30

Une conversation très sérieuse, et cela m'a rappelé certaines des miennes. Combien de fois ai-je donné des conseils similaires: reviens mon enfant, défaits tout, tu es ici entre de bonnes mains. Ah, comme le temps passe vite et qu'est devenu tout le monde (12 petits-enfants et 6 arrière-petits-enfants). Quand je les vois tous, je sais que je ne peux pas expliquer la vie avec la logique des choses. Tous les enfants et certains petits-enfants et arrière-petits-enfants l'ont également reconnu. Je ne veux pas blâmer les plus jeunes d'entre eux, ils apprennent trop le contraire à la maternelle et à l'école: l'égoïsme et la poursuite d'une vie agréable. Mais j'y reste inlassablement, jusqu'à présent j'ai appris à tout le monde qu'il suffit de gratitude et d'humilité pour être heureux.
Une chose m'intéresse, Lovevoltaire, quelle est la signification des choix que vous faites lorsque vous publiez un article ? Parfois, je pense que je lis des choses entre les lignes.
André

loveVoltaire 10/09/2021 15:30

Hallo André

Allen Enkeln und Urenkeln schon jetzt herzlichen Glückwunsch. Sie sind das Oberhaupt einer großen Familie. Wenn ich dich lese, kann ich fast ihr Lachen hören und die Freude, die sie dir bereiten müssen.

Um Ihre Frage zu beantworten: Es stimmt, dass ich an bestimmten Tagen nach meinem Gemütszustand veröffentliche. Glücklich oder traurig.

Aber mich wiederum interessiert, was Sie in diesen Zeilen lesen können. :)

Guten Tag Ihnen.

Dein.

Lovevoltaire





Bonjour André

Déjà félicitation pour tous vos petits-enfants et arrières-petits-enfants. Vous êtes à la tête d'une grande famille. A vous lire je peux presque entendre retentir leurs rires et la joie qu'ils doivent vous apporter.

Pour répondre à votre question : il est vrai que certains jours, je publie par rapport à mon état d'âme. Joyeux ou triste.

Mais je suis, à mon tour, intéressée de ce que vous, vous pouvez lire à travers ces lignes. :)

Bonne journée à vous.

Amicalement.

Lovevoltaire