CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 27

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 27

Photo de PAPAPOUSS à M. Marmontel. 22 Décembre 1773. On dit, mon cher successeur (1), que vous vous mariez. Ce n’est point en cela que vous êtes mon successeur : il ne m’a jamais appartenu de donner des exemples en amour. Si la nouvelle est vraie, je...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 26

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 26

Photo de PAPAPOUSS à M. le comte d’Espagnac. A Ferney, 15 Décembre 1773. La première chose que j’ai faite, monsieur, en recevant votre livre (1), c’a été de passer presque toute la nuit à le lire avec mes yeux de quatre-vingts ans ; et le premier devoir...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 25

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 25

Photo de PAPAPOUSS à M. Prost de Royer. A Ferney, 8 Décembre 1773 (1). Monsieur, on me propose d’avoir l’honneur et le plaisir de vous écrire. C’est en faveur du sieur Porami, régisseur de ma terre de Ferney, et du sieur Perrachon, marchand établi dans...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 24

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 24

Photo de PAPAPOUSS à M. Marin. 19 Novembre 1773 (1). J’ai retrouvé les cornes du Taureau ; mais je n’ai pu retrouver encore sa queue. Je suis dans mon lit depuis près de quinze jours, mon cher ami ; je n’ai pu mettre aucun ordre dans le tas énorme de...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 23

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 23

Photo de PAPAPOUSS à M. de Chabanon. 1er Novembre 1773. L’octogénaire de Ferney est très affligé de n’avoir pu se ranimer au feu de M. de Chamfort. Il m’a envoyé de Strasbourg la lettre de M. de Chabanon, et je le crois à présent à Paris. Je prie l’intime...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 22

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1773 - Partie 22

Photo de PAPAPOUSS A M. le marquis d’Argence de Dirac. A Ferney, 15 Octobre 1773 (1). Quelquefois l’octogénaire malade est bien excusable dans sa négligence à répondre ; quelquefois aussi il y a un moment de relâche, et alors il saisit cet instant pour...

Lire la suite