CRITIQUE HISTORIQUE - Partie 8 et fin

Publié le par loveVoltaire

CRITIQUE HISTORIQUE - Partie 8 et fin

Photo de PAPAPOUSS CRITIQUE HISTORIQUE XIX – De la population (1). Dans une nouvelle Histoire de France (2), on prétend qu’il y avait huit millions de feux en France, dans le temps de Philippe de Valois ; or, on entend par feu une famille, et l’auteur...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1767 - Partie 39

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1767 - Partie 39

Photo de PAPAPOUSS à M. le comte de Fékété. 24 Juin 1767. Celui qui a été assez heureux pour recevoir du noble inconnu un recueil de vers pleins d’esprit et de grâces présente sa respectueuse estime à l’auteur de tant de jolies choses. Il admire comment...

Lire la suite

CRITIQUE HISTORIQUE - Partie 7

Publié le par loveVoltaire

CRITIQUE HISTORIQUE - Partie 7

Photo de PAPAPOUSS CRITIQUE HISTORIQUE XVII – Des lois. L’opinion a fait les lois. On a insinué assez dans l’Essai sur les mœurs que les lois sont presque partout incertaines, insuffisantes, contradictoires. Ce n’est pas seulement parce qu’elles ont été...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1767 - Partie 38

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1767 - Partie 38

Photo de PAPAPOUSS à M. le marquis d’Argence de Dirac. 11 Juin 1767. Mon cher marquis, j’allais vous écrire quand j’ai reçu votre lettre. Je n’ai pas, depuis quelque temps, une destinée fort heureuse. J’ai été bien consolé quand vous m’avez appris que...

Lire la suite

CRITIQUE HISTORIQUE - Partie 6

Publié le par loveVoltaire

CRITIQUE HISTORIQUE - Partie 6

Photo de PAPAPOUSS CRITIQUE HISTORIQUE XIII – De Pierre de Castille, dit le Cruel. Pierre-le-Cruel se vengeait avec barbarie, j’en tombe d’accord : mais je le vois trahi, persécuté par ses frères bâtards, par sa femme même ; soutenu à la vérité par le...

Lire la suite

CORRESPONDANCE - Année 1767 - Partie 37

Publié le par loveVoltaire

CORRESPONDANCE - Année 1767 - Partie 37

Photo de PAPAPOUSS à M. le marquis Albergati Capacelli. A Ferney, 2 Juin 1767. Vous envoyez, monsieur, des tableaux à un aveugle et des filles à un eunuque ; l’état où je suis tombé ne me permet plus de lire. Un homme, qui prononce fort mal l’italien,...

Lire la suite